L’histoire des fiançailles

L’histoire des fiançailles

Dans la culture anglaise les anglophones emploient souvent le mot de « fiancée » pour évoquer les amoureux. Dans notre pays, ce n’est pourtant pas aussi glamour. Cette étape n’est plus aussi indispensable qu’auparavant et il n’est pas rare que les fiançailles n’ai pas lieu, au profit directement d’un mariage. Ces dernières années cependant on remarque retour en forme des fiançailles. C’est l’occasion d’officialiser une relation, et réunir ses proches et avant tout de s’engager auprès d’une personne et de promettre un mariage qui interviendra quelques mois ou années plus tard.

Les fiançailles sont une tradition qui n’a cessé d’évoluer au fil du temps. Lors de l’Empire romain les femmes portaient le prénom de Scribonia et l’homme Octavius. Les fiançailles étaient alors une cérémonie préalable au mariage qui se déroulaient devant des témoins. Le fiancé passait un anneau en fer à l’annulaire gauche de sa promise. Un engagement qui marqué surtout l’alliance économique et politique deux familles.

Au Moyen Âge les fiançailles présentent un caractère religieux et se concrétise par la signature d’un registre à l’église. C’était sans compter la révolution de 1789 qui remet tout à plat et retire le cadre légal et religieux des fiançailles.

Enfin au 19e siècle il revenait au père du jeune homme de présenter la demande de fiançailles à la jeune fille et porter des collants de couleur « beurre frais ». Aujourd’hui le sens des fiançailles a perdu de sa substance même si elle représente un engagement. La tradition a suivi l’évolution de notre société et la plupart des couples vivent en concubinage avant de se fiancer. Par conséquent elle symbolise un désir d’union entre deux personnes qui ne se concrétise pas forcément par mariage.

Il se peut parfois que certaines personnes restent fiancées à vie.

La rupture des fiançailles

Vous avez tout à fait le droit de rompre vos fiançailles car elles ne sont pas un acte juridique et vous pouvez tout à fait revenir librement sur votre engagement. En revanche certaines choses doivent restitués, à commencer par la bague de fiançailles ainsi que les cadeaux reçus en vue d’un mariage, si la rupture des fiançailles est abusive, c’est-à-dire brutal. Sans motif et fautive, vous êtes en droit de demander des dommages et intérêts. Pour cela vous devez prouver le préjudice moral comme une humiliation ou pécuniaire, comme les frais engagés pour mariage. Les tribunaux reconnaissent diverses formes de rupture abusive comme la fiancée enceinte etc. Pensez à conserver toutes les factures en rapport avec la préparation du mariage qui par la suite pourront s’avérer très utiles.