Enterrement de vie de célibataire

Enterrement de vie de célibataire

VERY GOOD TRIP

Vous êtes un des témoins du marié ou de la mariée et vous devez organiser son enterrement de célibataire. Quelles sont les origines de ce passage obligé ? Quels sont les coûts de ces animations ? Comment ce rituel est-il abordé à l’étranger ? Eléments de réponse avec sedireoui.fr !

L’histoire de l’enterrement de vie de célibataire

On le désigne désormais sous l’acronyme EVJF pour « enterrement de vie de jeune fille » ou EVJG pour « enterrement de vie de jeune garçon ». Pourtant, cette tradition était au départ réservée uniquement à la gente masculine.

L’enterrement de vie célibataire remonte du 18esiècle. A l’époque, la cérémonie consistait essentiellement en un repas entre amis dans l’auberge du village. Parfois, ces réjouissances se déroulaient dans le village voisin afin de ne pas être reconnu en cas de fête trop arrosée. Un diner d’adieu synonyme de tapage nocturne et vaisselle cassée.

Pour « tuer » en lui l’homme qui avait commis des erreurs, pour faire table rase du passé, le futur marié était au centre d’un sacrifice rituel. Il simulait la mort tandis que ses amis chantaient la messe des défunts en trainant un cercueil dans les rues.

Jusqu’au 20siècle, les jeunes filles devaient se contenter d’une simple collation. Le plus souvent, au domicile de ses parents, elle réunissait ses amies dans une version très soft du repas d’adieu.

Au fil du temps, des jeux s’organisent autour du thème du mariage. Heureusement, l’évolution de la condition féminine fait bouger les lignes et change les mœurs à partir des années 70.

Peu à peu l’enterrement de vie de jeune fille prend la tendance que l’on connaît aujourd’hui. Il n’est pas rare de nos jours que les futurs mariés se retrouvent ensemble en fin de soirée pour célébrer leur futur engagement.

 

Qui organise l’enterrement de vie de célibataire ?

Traditionnellement ce rôle est dévolu au témoin, et aux amies du marié et de la mariée d’organiser ces activités. Au choix, en petit ou en grand comité. En revanche il ne faudra pas déroger à la règle que les filles et les garçons sont séparés !

Idéalement, l’enterrement de vie de célibataire se déroule une semaine avant l’union, en fonction de l’agenda de chacun. Pour connaître les obligations des futurs époux, un proche peut-être mis dans la confidence. L’objectif est que les protagonistes se remettent de leurs émotions et présentent un teint frais.

Idées d’enterrement de vie de garçon/jeune fille

C’est un des passages obligés de chaque futur marié : l’enterrement de vie de jeune fille et de garçon. Il est de coutume que ce soit les témoins qui soient en charge de l’organisation de ces activités. Ces dernières peuvent être multiples et variées. Il faudra simplement se fixer pour règle de ne pas contrarié la personnalité de la future épouse ou du futur époux. L’enterrement de vie de jeune fille ou de garçon doit rester un moment de plaisir, pas une contrainte. N’obligez pas votre ami à réaliser un saut à l’élastique s’il a le vertige !

De même si le (la) futur(e) marié(e) déteste la tradition qui l’oblige à se déguiser et accoster des inconnus dans la rue, choisissez une autre option.

 

Pour elle

  • Le hammam ou le SPA. Un moment de détente au pays des milles et une nuits, pour se détendre avant le grand jour, en dégustant un thé vert à la menthe. Une bonne alternative reste le SPA, accompagné d’un massage.
  • La soirée pyjama. Une soirée place sous le signe de la convivialité et de la régression. Au menu : salades, pizzas, gâteaux au chocolat, fraises Tagada et autres sucreries. L’occasion également de s’amuser autour d’un karaoké en chantant les tubes qui ont bercé notre adolescence.
  • Cours de danse. L’occasion de réviser ses pas de valse ou de flamenco, avant l’ouverture de bal. Un cours collectif demeure une excellente idée pour fédérer un groupe d’amies.

Pour lui

  • Bar à thème. Emmenez votre ami au casino, dans une discothèque ou lieux : un bar à glace.
  • Sensations fortes. A réserver uniquement si le futur marié n’a pas le vertige ! Au programme : paintball, saut en parachute, Accrobranche
  • Chasse au trésor. Fédérez votre groupe d’amis avec une énigme à résoudre. Les escapes games se sont largement développés ces dernières années, vous en trouverez forcément un près de chez vous !

Pour vous faire gagner du temps, de nombreuses sociétés vous proposent l’organisation de votre enterrement de vie de garçon/fille, clef en main, comme par exemple Les boudoirs so girly ou encore Enterrement de vie.

L’enterrement de vie de jeune fille aux 4 coins du monde

Comment nous l’avons vu dans notre article consacré aux fiançailles, le rituel varie suivant les pays. Petit tour du monde des traditions autour du monde !

Au Canada

Le « shower » demeure une véritable institution dans ce pays. Trouvant ses origines chez leur voisin américain, cette pratique vise à exprimer la solidarité féminine envers la future épouse, à la veille du pariage. Ce dernier est perçu comme un changement de statut social. Les proches, les amies et même les collègues de travail sont mis à contribution. La future mariée arrive la dernière et découvre les cadeaux qui compléteront son trousseau. La soirée peut décliner divers thèmes comme le linge de maison et les tasses à thé.

En Suisse

Loin de la sobriété puritaine des canadiens, les suisses conçoivent l’enterrement de vie de jeune fille pour l’ultime occasion de se défouler en tant que célibataire. La fête demeure célébrée la veille du mariage. Selon la tradition helvétique, chaque invitée doit apporter une veille assiette qui sera jetée au sol. Objectif de ce vacarme de vaisselle brisée : chasser les mauvais esprits qui pourraient troubler ce bonheur naissant.

En Grande-Bretagne

Enterrement de vie de célibataire

Enterrement de vie de célibataire

Bienvenue aux Hen hights (« nuit des poules ») ! Ces festivités nocturnes sont l’occasion de se déguiser et danser jusqu’au bout de la nuit ! Malbouffe, cigarettes, déguisements hideux, attitudes provocantes, défis en tous genres et alcool : pas vraiment du meilleur goût !

En Inde

De nombreux codes familiaux et religieux imprègnent la cérémonie, loin de ce qui est pratiqué en occident. L’heure de la fête est fixée par des astrologues. L’enterrement de jeune fille s’étale sur près de trois jours. Puis les chants mélodieux accompagnés de nombreux instruments rythment le parcours des femmes qui coutent de temples en temples, parées de saris et voiles, afin d’attirer la bénédiction divine sur les futurs mariés.

Hervé Troccaz